J1 – L’échappée Delle

Le jeu de mot est en fait au moins aussi naze que la prestation de nos poulains. Hier après-midi, les Sang et Or ont une nouvelle fois démontrés qu’ils n’étaient pas prêts, et qu’il y avait encore du boulot, beaucoup de boulot, afin de monter une équipe digne de ce nom. Malgré tout, on note une belle solidarité défensive et surtout un Joris Delle déjà décisif. Focus sur le match, mais surtout sur celui qui devrait être un des hommes de base de l’effectif.


Joris Delle s’envole. Joris Delle met le pied. Joris Delle la stope du visage. Joris Delle a tout arrêté, hier après-midi à Saint-Symphorien. Tout, tout, tout ! Peut-être aussi que les attaquants messins ont été un peu quiches, visiblement contrariés par la « pause boisson » de la première mi-temps. Dans le jeu, les lensois ont quant à eux été inexistants dans le bourbier à Saint-Symphorien.

Revenons sur la prestation du portier lensois ; à la fois solide, serein et un brin chanceux, Joris a soigné sa Première. Qualifié de « contrariant » par le Républicain Lorrain à l’issu du match, Delle a tout de suite rassuré une jeune arrière garde lensoise orpheline de ses cadres, et pour l’occasion composée de Ba-Moore et d’eau fraîche (encore cette fichue pause boisson !). Très inexpérimentée, elle a eu le grand mérite de préserver son invincibilité. C’est aujourd’hui la meilleure défense de l’histoire du RC Lens. Série en cours.

Revenons sur la prestation du portier lensois ; à la fois solide, serein et un brin chanceux, Joris a réussi à prévenir ce que l’animation offensive lensoise semblait être incapable de guérir. Trop rarement dangereuse, les avants lensois n’ont jamais véritablement mis en danger le très jeune Didillon. En fait, on a tous eu le sentiment pendant cette rencontre qu’une ouverture du score messine aurait été fatale. Un scénario qu’on ne connait que trop bien. Finalement, si la physionomie du match ne fut guère enchantante, on signe tous pour ce point.

Revenons sur la prestation du portier lensois ; à la fois solide, serein et un brin chanceux, Joris Delle a rassuré son monde. Celui qui a quitté la French Riviera pour s’installer dans le Pas de Calas afin de se relancer semble être sur la bonne voie pour devenir un des grands atouts du Onze de Kombouaré. Formé chez les Schpountz (ndlr : FC Metz), il est très vite considéré comme un grand espoir au poste de gardien de but. Des blessures vont toutefois freiner sa progression en Lorraine. Parti à Nice durant l’été 2012, il y connait de nombreuses galères, entre blessures et squattage de banc. D’abord barré par Ospina, il opina du chef quand le club niçois lui proposa d’aller s’aguerrir au Cercle Bruges pendant une saison. A son retour, une nouvelle terrible blessure empêche l’Aiglon de prendre son envol. Revenu dans le groupe niçois au printemps 2015, il ne disputera que deux matchs officiels la saison dernière.

C’est donc un sacré pari qu’a entrepris Kombouaré en appointant ce longiligne gardien de 1m91 qu’est Joris Delle pour le poste de gardien de but titulaire au RC Lens. Après une journée de championnat, on constatera qu’il compte déjà pour un point dans le bilan comptable ! Et quand on sait que pour bien figurer en Ligue 2, il faut un gardien et un avant-centre décisifs…

DIRIGEANTS, FAITES SIGNER DUHAMEL !

Louis de Finesse (@Louis2Finesse)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :