J12 – La lose est dans le pré.

Largement remis en cause par la twittosphère lensoise, c’est dire qu’il avait la pression, AK a décidé de s’en remettre à la vindicte populaire et d’envoyer du jeu en Auvergne. N’Daw, ciblé par le public de connaisseurs qu’est Bollaert passe sous les fourches caudines tandis qu’Olsen revient d’entre les morts. Ce déplacement en pleine cambrousse sentait déjà le lisier d’ici, on était en fait loin du compte.
Compte-rendu du match contre Clermont.


Après un sublime match nul à la maison contre Laval qui met définitivement en évidence le fait que le stade de la Licorne n’est pour rien dans notre relégation de l’an dernier, on est tout aussi nul à Bollaert face à des équipes de L2, nos valeureux racingmen s’en allaient défier dans la campagne auvergnate cette bien belle équipe de Clermont, entraînée par la non moins belle Corinne Diacre.
Bon, en vrai, tout est moche à Clermont ; leur arène ressemble à un stade de DH, leur maillot est hideux, leur équipementier est Patrick et Corinne peut bien faire ce qu’elle veut, l’effectif est d’une laideur totale. Tous les ingrédients sont donc réunis pour qu’on lose lamentablement.

De son côté, Antoine « RAB » Kombouaré semble au bout du rouleau. La mayo ne prend pas sur le terrain et il semble continuer à chercher la formule pour équilibrer une équipe en passe d’être la plus mauvaise vue ses 10 dernières années dans le P2C.
Après Moore, Ba, Bourigeaud, Madiani, GBamin et Olsen, c’est au tour de Bekamenga et de N’Daw d’aller couper les citrons devant Eurosport. Les rescapés d’entre les morts sont donc Olsen, titularisé dans l’entre-jeu et Nanizayamo en pointe. Pour la déconne, Valdivia passe en 6, histoire d’ajouter un peu de lenteur devant une défense déjà pas sereine.

Pierrick, aujourd'hui tu joues en 6, sentinelle devant la défense. OK?
« Pierrick, aujourd’hui tu joues en 6, sentinelle devant la défense.
– OK! »

Le début de match est à l’avantage des lensois. Chavarria et Ikoko se trouvent assez facilement sur la droite et il s’en faut de pas grand chose pour que le latéral ne mette un peu le bordel dans la défense des bouseux. Comme quoi, le foot, ça se joue à rien. Comme connaître la règle du hors-jeu par exemple.

9e minute, Autret sert Nanizayamo, trop court pour reprendre.

Après 2-3 frappes clermontoises envoyées depuis les 30m, donc sans danger, les lensois perdent un peu plus rapidement le ballon, la faute à un excès de précipitation d’Olsen et Cyprien, et à la légendaire imprécision de Valdivia, qui s’entête à jouer long alors qu’il en est incapable. En face, ça ne vend pas du rêve non plus. Les Violets sont très limités techniquement et ont toutes les peines du monde à s’approcher des buts d’un Delle qui n’a pourtant pas l’air bien rassurant.

Bref, On se fait chier. Et comme d’hab, c’est au moment où on commençait à s’emmerder grave que les S&O trouvent la faille.

33e : Chavarria décale un Ikoko très en jambes qui adresse une merveille de centre depuis son côté pour Olsen qui reprend de la tête. 0-1. Craquage dans le parcage : on a fait le plus dur.

Malgré le traditionnel petit jaune de Valdivia, Lens rentre aux vestiaires (c’est à dire dans l’espèce de cabanon qui jouxte le « club house ») avec un but d’avance, sans avoir été mis en danger par les locaux.

Un but à l'extérieur, c'est toujours une bonne occasion pour allumer un barbecue.
Vexé de ne pas accéder à la tribune presse, Louis de Finesse décide de cramer le parcage.

Au retour des vestiaires, Lens nous fait du Lens. Pas de le temps de tergiverser, on réussit à gâcher 45 bonnes minutes et à se faire rejoindre connement.

47e : Autret ne parvient pas à dégager un ballon chaud, Landre et Cvetinovitch finissent l’apéro de la mi-temps, Boulaya ne s’emmerde pas : minasse sous barre : 1-1.

Étonnamment, le but clermontois réveille les lensois, qui remettent enfin le pied sur le ballon. Autret est toujours aussi relou balle au pied, Ikoko est dans un bon jour et Valdivia ne fait pas trop de conneries (en même temps, il ne touche pas trop le ballon, ça aide). Malgré ces bonnes intentions, il faut un coup de pouce de l’arbitre pour qu’on assiste « au tournant du match ».
60e : Autret lance Nanizayamo plein axe. Le lensois va chercher le péno joue bien le coup et se fait toucher par le gardien auvergnat. Pénalty et rouge pour ce dernier, même si pour moi, y’a à peine faute et carrément pas rouge.
Evidemment, qui dit Lens, dit zonder-déconne : Le gardien remplaçant rentre, sans échauffement, et repousse la frappe de Chavarria plein axe.
Il n’en fallait pas moins pour revigorer les locaux, qui prennent l’ascendant psychologique alors qu’on avait l’occasion de tuer le match. Illustration 3 minutes plus tard.

Un défenseur balance une chandelle depuis son camp (dans ces terres de rugby, ça se tient), la défense lensoise ne réagit pas, Hunou contrôle et centre pour Reale, Delle est aux fraises, Landre aux champignons, 2-1.

Sans déconner, supporter Lens, c’est une putain de mission. Tu peux pas taste. On doit le seul club de l’histoire à réussir à se chier dessus en bénéficiant d’une double peine « pénalty-rouge pour le gardien ». Je passe sur notre capacité à jouer en supériorité numérique, ça serait indécent.

Bref, enfin mené, AK décide de rentrer en scène et nous sort coup sur coup Valdivia, Chavarria et Olsen pour, attention sourire nerveux : N’Diaye, Nomenjanahary et Bourigeaud. Si Bourigeaud apporte tout de suite la justesse dans les passes que Valdivia n’aura jamais, le Malgache ventripotent apporte quand à lui son inaptitude tactique en venant tout de suite empiéter dans la zone d’Ikoko. Ce match devenant absolument n’importe quoi, le Racing se met à y (re)croire sur une action absolument Benny-Hillesque. Si vous avez la chance de revoir les 20 secondes avant le but, savourez c’est juste génial de n’importe quoi.

Quoi qu’il en soit 80e : gros cafouillage dans les 30m auvergnats, ça finit dans les pieds d’Autret, qui fracasse la barre de Caillard, N’diaye est à l’affût et reprend mochement mais victorieusement. 2-2.

La fin du match touche au génie. Chaque défense redoublant d’originalité pour se faire peur toute seule, Landre devenant le 1e mec expulsé pour un ascenseur sur un duel aérien, N’Diaye jouant le coup de bluff pour en caler un second et Delle pour s’en prendre un 3e.

Néanmoins on se quitte sur un match nul, Lens ayant réussi de manière assez sensationnelle à ne pas gagner ce match.
On reste 16e, on reste hideux dans le jeu, on a la solidité psychologique d’un mec sorti de 3 ans d’une prison pour violeurs en Albanie et AK peut bien faire le cake avec ses entraînements à huis-clos, il est loin du compte.

Ecrit par Luissette (@R_Direktor)


Bonus interview d’après match : 

« Alors Antoine, ce match?
– On prend un bon point contre une belle équipe de Clermont. »
Publicités

One Comment

Add yours →

  1. Hi there , I do think that is a fantastic web site. I stumbled on it on Yahoo , i’ll arrive again as soon as yet again. Funds and inpedendence may be the finest method to modify, might you be prosperous and support others.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :