J19 – Nous, c’est Lens.

19e journée les jeunes. La dernière avant Noël. Après celle-là, c’est Sissi Impératrice, La Grande Vadrouille et Maman j’ai raté l’avion en boucle à la télé. Mais avant, un peu de plaisir, Lens-Bourg-en-Bresse.

Alors oui, 10 ans après avoir torché les Milanais à Bollaert, ça fait un tout petit peu mal au cul de mater Bourg-en-Bresse. Niveau prestige, c’est un peu comme si tu lourdais Eva Green pour passer à Régine. Donc quand je dis « un peu de plaisir », tout est relatif hein.

Mais si les Lensois avaient de la mémoire, ça se saurait. (Et le FN ne ferait pas 55% dans le département). S’ils étaient rancuniers aussi (Et Martel aurait ses couilles en médaillon vendues à Emotion Foot). On pourrait même dire que réunir plus de 25 000 gogos pour une telle affiche prêterait aisément auxdits gogos une bêtise teintée de beauferie.

Car oui, l’amateur avisé de football pourrait légitimement se questionner sur la réelle culture footballistique de supporters lensois capables de s’extasier des matches son équipe. Il pourrait.
Mais l’amateur de football est un con. Déjà parce qu’il aime le football. Ensuite parce qu’il trouve toujours une bonne raison de t’expliquer pourquoi il l’aime. Ce dont on se fiche. T’as pas besoin d’expliquer pourquoi t’es content de faire le petit à madame, t’es content, point.
Mais pas en le jouant hein (on reparle du football et de l’amateur de football, concentre toi lecteur). Naaaaan, faut pas déconner. Il meûle dehors en ce moment, pis il a un peu forci.
Pas au stade non plus, c’est pour les beaufs. Faut faire la route, lutter pour se garer, essayer de gratter une place si t’es en Marek (ou te demander tout le match pourquoi t’es pas allé en Marek, assis sur ton mauvais siège, le dernier à gauche, au premier rang de la Delacourt). Pis on voit pas bien, y’a des bousculades, ça fume de la drogue, ça pue la frite, et sur un malentendu, tu peux te faire péter un tympan par un FDL complètement pulvérisé qui relance un chant à 3 cm de ton oreille.
Non, l’amateur de football regarde les matches à la télé. Il profite des loupes, des ralentis, il sait, lui, que le mec était pas vraiment hors-jeu, alors que le beauf au stade traite de tous les noms pendant tout le match l’enculé de fils de pute de chef de gare de sa race de juge de ligne qui a levé son drapeau.

Bref, on a le même maillot, mais on n’a pas la même passion.

Parce que, on va plus se mentir. Le Football, on s’en branle. C’est secondaire, juste un prétexte, une excuse pour aller au stade, jouer de l’épaule pour t’incruster en plein milieu de la Marek parce que t’as tapé le bout de gras jusque 5 minutes avant le coup d’envoi dehors avec des mecs que tu croises depuis quasi 20 ans, et puis appuyer sur la touche Off de ton cerveau.
Claquer une lensoise, lever les mains, hurler, chanter, sauter, tenter de fumer une clope sans crever un œil à ton voisin, et gueuler encore. Evidemment que tu gueules plus fort quand tu marques, quand ça pousse sur le but adverse, quand l’arbitre se trompe ou qu’il oublie de se tromper, mais au fond, un débordement d’Aruna qui pète 3 reins et 2 hanches à ses adversaires, une bicyclette de Sibierski ou un face à face raté de Démé N’Diaye, tu te fous de la différence. Tu la vois, mais tu t’en fous.
T’es là, au stade.
Et t’es bien.
Et comme on a battu Bourg-en-Bresse, on est bien.

Evidemment, il manque l’euphorie du lendemain du match, où tu fais chier ton collègue de boulot, Lillois, Marseillais, Lyonnais, bref, un connard, suite à la victoire du Racing en LdC. Il manque le parfum des victoires qu comptent, des épopées magnifiquement fusillées en finale en coupe, mais en allant au stade, tu auras sans doute passé le meilleur moment de ton week-end. Ben oui, t’habites dans le 6-2, faut pas déconner non plus mec.

Mais au final, on s’en fout de tout ça. Enfin moi je m’en fous. Parce que moi j’aime pas le football. Moi j’aime Lens.

Et parce qu’on est Lens, on va se dire sans le dire qu’on y croit quand même à la montée, et que sur un malentendu, on pourrait remonter. Et à partir de là, on rêvera. A la coupe, à taper de vraies équipes à Bollaert, à mettre un bouillon de fou dans chaque stade lyophilisé de L1, et puis qui sait? Peut-être que dans 10 ans, on retapera Milan à Bollaert.

Parce nous, c’est Lens.

Alors, avant de te laisser, car oui lecteur je vais te laisser, sans même parler du match, je vais te poser une question. Si tu avais eu le choix entre écrire un article sur une victoire du Racing face à Bourg en Bresse ou demander au Père Noël de nous faire remonter, de nous faire à nouveau sourire, de nous faire rêver, de remettre le Racing au milieu de toutes nos conversations, de nos joies, t’aurais fait quoi? T’aurais vraiment pris le risque d’écrire sur le match?
Moi non.

Luissette – @R_Direktor

Merci à Laurent Mazure pour l’image en Une.

Publicités

2 Comments

Add yours →

  1. Se taper Milan dans dix ans? Ça ferait du bien après s’être tapé la honte toute l’année dernière !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :