De Colo : « Ramener Teodosic à Bollaert ? Why not! »

Vous savez, chez Bollaert Mécanique, on est un peu comme ça, on n’a pas trop le temps de blaguer, bloguer, bref t’as capté. Récemment, Nando a eu le privilège de devenir le 900e follower de BM sur Twitter. Dans la foulée, on a tenté un shoot au buzzer, proposé une interview, et c’est passé. Si on nous avait dit il y a un an que… haha !

En France, il y a deux écoles, soit t’es fan de basket, tu te lèves la nuit pour regarder la NBA, ta parabole te permet de suivre l’Euroligue et l’Adriatic League, tu connais tout sur le basket et dans ce cas là… bon ok, pas besoin de te présenter Nando De Colo.
Soit tu es un novice (et c’est ton droit), le basket ne t’intéresse pas, t’as bien gagné un panier de basket miniature en bouffant tes Frosties tous les matins entre tes 9 et 13 ans, t’as shooté, reshooté, tout foiré, et donc du coup bah t’as lâché l’affaire…

Nando est Arrageois, formé à Cholet, après être passé par le CREPS de Wattignies. Trois saisons de qualité à Cholet, puis il file à Valencia, en Espagne, pour finalement s’envoler pour la NBA, aux Spurs. Début de carrière linéaire. Progression constante. Mais l’expérience aux US ne tourne pas comme prévu, et malgré une pige encourageante aux Raptors, c’est finalement au CSKA que Nando prend son envol. Élu MVP de la dernière saison d’Euroligue, c’est tout naturellement que Nando devait finir par faire la Une de BM (private joke avec l’intéressé).

Avec  un culot monstre, motivé par le vieil adage de son sensei Sasha Rytchkov (accoster c’est pas compliqué®), c’est L2F qui prit les devants, et contre toute attente :

Tweet Nando

Y’a pas à dire sur ce coup là, BM a été presque aussi efficace que Patrick Olsen lorsqu’il a rencontré sa magnifique à la soirée déguisée du Sauna Club de Copenhague… Après quelques formalités administratives (visa, toussa toussa), le rendez-vous téléphonique est fixé pour jeudi soir, 19h, alors que Nando sort tout juste de l’entraînement.

L’homme est simple, accessible, d’une vraie générosité. Au téléphone, l’échange est cool, sincère, disponible. Méga Classe.

C’est comme cela que Louis de Finesse a commencé l’interview du gentleman Nandooooooooooo de Colo (ouais, imagine toi L2F imiter la langoureuse voix d’une hypothétique speakerine russe du CSKA).

Check it out!


BM : Salut Nando, comment vas-tu ? Où es-tu en ce moment ?

Nando de Colo : Je suis encore à Moscou. On vient de gagner l’Euroligue, mais on a encore la finale des playoffs de la VTB League. On a gagné le premier match hier, contre les UNICS de Kazan, et maintenant il faut rester bien concentré pour remporter cette confrontation qui se joue sur le meilleur des cinq matchs.

BM : Tu as eu l’occasion de fêter un peu le titre d’Euroligue ?

Nando de Colo : Un petit peu à Berlin (ndlr : la finale, remporté face au Fenerbahçe, se jouait en Allemagne) mais dès le lendemain, on était dans l’avion pour revenir à Moscou. On n’a pas trop eu le temps de gamberger en fait !

BM : Parle-nous de ta saison au CSKA… Plus que le RC Lens, tu sais que tu deviens LA fierté de notre région aujourd’hui !

Nando de Colo : Je ne pense pas faire d’ombre au RC Lens (rires), mais si jamais ça devait arriver un jour, alors j’en profiterai pour les mettre en avant autant que je peux ! Même si pour être honnête, je suis un peu déconnecté, entre les saisons, l’enchaînement des matchs et le peu de vacances que j’ai.

BM : Au CSKA, tu formes une doublette explosive avec Milos Teodosic. Comme se passe l’entente entre vous deux ?

Nando de Colo : Milos, c’est vraiment un mec super. Quand il est arrivé au CSKA (ndlr : en provenance de l’Olympiakos), il m’a tout de suite proposé qu’on aille dîner ensemble. On a un superbe entente, une vraie proximité. On aime parler de tout et de rien. Parfois, c’est même lui qui m’annonce les nouvelles de France !

BM : Ça veut dire qu’un jour, tu ramèneras Milos à Bollaert ?

Nando de Colo : Why not ! (rires), même si tu sais, on a des agendas super chargés.

BM : Honnêtement, est-ce que le CSKA, qui est considéré comme le meilleur club d’Europe, pourrait aujourd’hui taper des franchises NBA ?

Nando De Colo : Oui, on pourrait taper des franchises NBA, sans doute. Malgré le fait que les règles sont totalement différentes, ce qui rend la comparaison compliquée, je pense que le CSKA a le niveau pour rivaliser avec certaines franchises. Après, rivaliser avec les top teams, ça serait certainement beaucoup plus compliqué, les joueurs qui les composent sont quand même physiquement et techniquement hors norme.

BM : Tu as fait un passage en NBA, aux Spurs et Raptors, ainsi qu’en D-League (ndlr : la réserve de la NBA). Cette saison, tu as explosé les compteurs en Euroleague, avec cherry on the cake, le titre de MVP. Mais au fond, est-ce que les US, tu y penses encore ?

Nando de Colo : Oui bien sûr que j’y pense encore un peu dans un coin de ma tête. Mais ce n’est plus du tout une priorité. Je me sens bien à Moscou, en Europe. Aux Spurs, j’ai clairement manqué d’opportunités. Je jouais peu, du coup j’ai été prêté en D-League, aux Toros d’Austin. Puis, à mon retour aux Spurs, j’ai demandé au coach d’être transféré dans un club où j’aurais plus de temps de jeu, car c’est ça qui m’importe ; avoir des responsabilités, du temps de jeu. Quand je suis arrivé à Toronto, tout se passait parfaitement bien. J’avais envie de rester là-bas. Puis, il y a eu un changement de coach, qui nous a appelé mon agent et moi pour me signifier que j’allais avoir moins de temps de jeu. Au final, je suis parti au CSKA Moscou, où je m’épanouis.

BM : Une carrière NBA, cela peut aussi reposer sur le facteur X « timing favorable »…

Nando de Colo : Oui, il m’a certainement manqué ce timing. Une carrière, ça se joue à pas grande chose… Ou plutôt, ça dépend de plein de facteurs ; les opportunités, la réussite au moment M, les personnes, la forme, les blessures etc… Mais dans un sens, si c’était facile, tout le monde le ferait !

Nando Sports
Crédit : Sports.fr

BM : Bientôt, tu vas t’envoler pour les Philippines, afin de disputer le TQO (ndlr : Tournoi Qualification Olympique). Pour y avoir été récemment, lors du championnat du monde 2014, j’y ai découvert une nation mordue de basketball. Vous allez tout casser pour nous faire vibrer à Rio, n’est-ce pas  ?

Nando de Colo : Je ne suis jamais allé aux Philippines. Après, beaucoup de personnes m’ont parlé de la ferveur basket dans ce pays. Mais chaque chose en son temps. Je te l’ai dit, je suis concentré à fond sur les play-off de VTB League, puis après je prendrai quelques jours de vacances, avant de partir aux Philippines pour aller chercher cette qualification aux Jeux Olympiques ! Mais je m’efforce à rester le même ; que ce soit en club ou en Equipe de France, ce que je cherche, c’est jouer le plus possible, et avoir des responsabilités afin d’aider l’équipe au maximum !

BM : A l’instar de TP à l’ASVEL, tu t’es investi personnellement dans le basket régional…

Nando de Colo : Oui je suis actionnaire minoritaire à Orchies depuis maintenant deux ans, même si mon investissement n’a rien à voir avec l’investissement de Boris Diaw à Bordeaux, qui en est président, ou encore TP, par exemple. J’ai vraiment envie d’aider le club d’Orchies le plus possible. Quand tu vois ce club d’Orchies, et le nombre de fans derrière… Au BCO, un peu dans le même style que le RC Lens, la salle est constamment pleine, avec un taux de remplissage qui atteint 95% à quasiment chaque matchs. En France, tu as d’autres teams qui ont ce taux, mais pour des salles qui font 1,000 voire 2,000… Ce projet BC Orchies m’a tout de suite beaucoup plu !

BM : Ta fin de carrière idéale ?

Nando de Colo : Avec le plus de titres possible, bien sûr ! Et je me vois pourquoi pas finir en Espagne, ma compagne étant espagnole. Cela me permettrait de profiter du beau temps toute l’année ! Alors oui, finir dans le championnat d’Espagne, ça pourrait être pas mal. Le championnat français ? Je ne l’écarte pas non plus.

nando la voix du nord
Crédit : La Voix du Nord

Demain, deuxième volet.
Stay Tuned fuckers.

 Retranscrit par Louis de Finesse (@Louis2Finesse)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :