De Colo : « Un entre-deux avec Aboul Ba ? Pas sûr de le gagner ! »

T’as kiffé la première partie de l’interview publiée hier matin sur BM ?

Allez, viens ! On va te présenter le côté Sang et Or de Nando. Souvenirs de 1998, admiration pour Tony Gol, le Challenge BM face à Abould Ba (si tu nous lis), un possible retour à Bollaert évoqué !  En détente, Nando a répondu à toutes nos questions. Enjoy.

Retrouve la première partie de l’interview ici.


BM : Ta relation de supporter avec le RC Lens, elle remonte à quand ? Tu allais souvent au stade quand tu habitais dans la région ?

Nando de Colo : Mes premiers souvenirs remontent de la saison 1997/1998, quand on a été sacré champions ! Je me rappelle, j’étais à fond dedans. J’allais à tous les matchs à domicile avec mon père. Je crois que sur toute la saison, j’ai du en louper qu’un seul, parce que mon père ne pouvait pas venir et que j’étais trop jeune (rires). Et puis, y’a ce souvenir du match d’Auxerre qui restera gravé à jamais… Je me vois encore mater cette finale avec mon père dans le canapé !

BM: On est de la même génération, donc on devrait avoir plus ou moins les mêmes souvenirs. Si tu devais me citer un joueur qui t’as fait rêver ?

Nando de Colo : Difficile ta question (rires) mais si je dois en garder un, ce serait Tony Vairelles ! En fait, ce joueur me fascinait parce qu’il était ultra combatif, capable de marquer du pied gauche, du pied droit, de la tête. Il courait partout ! Ce match, contre le PSG, il avait fait des ravages dans la défense parisienne ! En fait, ce que j’adore chez lui, c’est le fait qu’il soit complet. J’ai toujours admiré les sportifs qui n’étaient pas reconnus que pour une seule qualité, à l’instar de Scottie Pippen au basket.

D’ailleurs, quand j’étais tio, j’allais souvent aux entraînements du RC Lens, et j’ai eu alors l’occasion d’échanger avec Vairelles directement. J’aimais beaucoup Guillaume Warmuz également ! Le RC Lens de 1998, c’était une superbe équipe, qui faisait vraiment plaisir !

$_35

BM : As-tu noué des relations avec certains joueurs du RC Lens actuels, ou anciens peut-être ?

Nando de Colo : Comme je te disais, j’étais un temps assez proche de Tony Vairelles. Aujourd’hui, je ne connais pas grand monde dans l’effectif, si ce n’est que je discute parfois via les réseaux sociaux avec certains jeunes du club comme Cyprien par exemple. Je trouve ça sympa de pouvoir échanger avec les gens qui ont les mêmes passions que toi ! J’ai aussi eu l’occasion de croiser le président Gervais Martel plusieurs fois, au golf d’Arras, ou encore de déjeuner avec le maire d’Arras, pour l’inauguration d’une salle de sport.

120906-decolo
Crédit : La Voix du Nord

BM : Tu pourrais venir nous les motiver de temps en temps, à l’instar de Yannick Noah au PSG du temps de Luis (rires) ?

Nando de Colo : Ahah ! Non mais pour être sportif, je sais très bien ce que les joueurs du RC Lens peuvent, ou ont pu ressentir, cette saison. Je sais exactement ce que ça fait d’être dans une mauvaise passe, et tu sais, nous joueurs, tous sports confondus, on aimerait être constamment au top, n’obtenir que des résultats positifs. Au final, quand tu regardes la saison lensoise, elle est plutôt bonne. En dépit d’un démarrage complètement foiré, où on n’a pas gagné un match (ndlr : on a du attendre la 10ème journée et le derby contre VAFC), les joueurs ont finalement su remonter la pente, et ils ont plutôt bien fini !

BM : Un « entre-deux » Nando de Colo – Abdoul Ba, qui gagne ?

Nando de Colo : Franchement, tu sais, je n’ai pas une détente de malade. Je ne suis pas sûr de battre Abdoul Ba. Il fait quoi, presque 2 mètres non ? Moi je fais 1m95… Et puis, c’est un défenseur central, donc il est supposé avoir une grosse détente, non ? (rires).

BM : Plusieurs fois, tu as FAV des tweets dans lesquels je te suppliais de venir investir au RC Lens, c’est toujours en projet (rires) ?

Nando de Colo : Ahh mais tu sais, je ne suis pas sûr d’avoir les moyens ! Si je les avais, pourquoi pas (rires). Cela coûte très cher d’investir dans le sport, et on ne s’en rend pas toujours compte, mais les clubs ont de plus en plus de mal à trouver des investisseurs. A Lens, on a malheureusement rencontré ce problème ces dernières années…

BM: Une chance de revenir à Bollaert pour la prochaine saison pour donner un coup d’envoi ?

Nando de Colo : J’aimerais bien pouvoir revenir. Maintenant, comme je te le disais, les agendas sont extrêmement chargés. Et si j’aime donner, j’ai aussi parfois besoin de rester tranquille en famille.

Message_Lens_250915_1-770x513
Crédit : Lensois.com

BM : Une chance de répondre à une invitation pour boire une bière avec BM ? 🙂

Nando de Colo : Il faudra qu’on prévoit ça bien en avance, mais pourquoi pas, dans la vie, tout est possible !

BM : On va bientôt éditer des t-shirts collector Bollaert Mécanique. On t’en envoie un à Moscou ? Tu fais quelle taille ?

Nando de Colo : On en parle avec mon agent !

Retranscrit avec rebond par Louis de Finesse (@Louis2Finesse).

Encore une fois, toute la team BM souhaite adresser ses plus chaleureuses amitiés à Nando. Merci infiniment de nous avoir consacré presque une heure de ton temps ! On n’a plus qu’à te souhaiter le meilleur pour ta fin de saison avec le CSKA, une qualif’ pour les JO, et en guise de bouquet final, une médaille olympique. On te soutiendra depuis nos maisons troglodytes !

Au plaisir de prendre une mousse sur Arras ! 

Take care. Warmly,

BM.


Petite session de « passe et va » avec Nando.

La qualité que vous souhaitez voir chez un sportif ?

Le mental.

Le plus grand malheur pour un sportif ?

La blessure.

La plus grande qualité chez un basketteur ?

Les fondamentaux.

Les russes, en un mot, ils sont comment ?

Ahah, bonne question. Je dirais, froid au premier abord, et délicieux par la suite !

Jordan ou LeBron?

Jordan pour les titres, mais j’ai le sentiment que LeBron n’est pas encore arrivé à son apogée. Alors, si on compare les titres, Jordan est au dessus. En talent pur, y’a débat !

Le plus grand joueur avec qui tu as joué ?

Tim Duncan

Contre qui tu as joué ?

LeBron

Les Espagnols, tu les aimes bien ?

Bien sûr, même si c’est vrai que ces dernières années on a développé une sacrée rivalité avec eux. A la maison, on en rigole, car ma femme est espagnole. France – Espagne, c’est devenu un Classic, comme Real Madrid – FC Barcelone au foot, ou Celtics – Lakers dans les années 1980 !

Plutôt Ligue fermée comme en NBA, ou ouverte comme en France ?

Ligue ouverte, j’aime bien le renouvellement d’équipes.

Ta bière préférée ?

La Despé !

Est-ce qu’il y a de la jalousie quand un basketteur français qui devient MVP de l’Euroligue passe après une simple rumeur de transfert en Une du seul quotidien sportif français?

Jalousie, non, mais peut-être un peu d’aigreur oui. Faire la Une de L’Equipe, ç’aurait été une sacrée reconnaissance.

Retrouve la première partie de l’interview ici.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :