Cher Papa Noël

Cher Papa Noël.
Tout d’abord, je tiens à te rassurer, j’ai été sage cette année. Surtout sur la fin.
Je ne dis plus de méchancetés sur Amiens, qui est une très belle ville, ou Valenciennes, peuplée de gens tous très intelligents et brillants. Je n’insulte presque plus nos élus et n’ai plus été bloqué par quelqu’un depuis bien longtemps sur Facebook. Bon certes, j’ai plus de compte Facebook. Note qu’il n’y a pas de harcèlement sexuel non plus, même si j’ai failli me faire violer sur la place du Marché de Wazemmes cet été, tu sais bien que je ne suis pas un garçon facile.

Du coup, si on raisonne un peu par rapport à l’an dernier, j’ai bien progressé. Et comme t’étais venu l’an dernier alors que j’avais pas été sage-sa-mère, je me dis que je peux retenter le coup cette année.

J’avoue que l’an dernier, ton histoire d’investisseurs qui viennent 6 mois après les fêtes, c’était un peu surfait niveau suspense, on a tous fini chez le gastro-entérologue avec tes conneries. J’ai tellement cru que tu me punissais parce que j’avais vraiment pas été sage que j’ai chié en spray pendant un moment. Je nous ai vu crever, comme le premier club du Mans ou d’Evian-Thonon venu, mais bien ouéj, j’avoue, t’as assuré. On est même passé à la DNCG sans IBAN coincé dans un Ipad. La classe.

Bon par contre, t’étais pas obligé de nous laisser Martel. Quand on sait ce qu’endurent les ours polaires ou les hyènes, on se dit que les lutins auraient pu leur filer. Avec l’alcool que pépère trimbale dans les vaisseaux, ça leur aurait même fait un repas de fête, leur aurait mis du baume au cœur. Les pauvres bêtes. Elles vont bientôt disparaître tu sais.

Par contre, Gervais, on l’a encore, et j’imagine que tu me vois un peu venir. En même temps, des lettres, t’en reçois des 4 coins du monde, et tu sais que je sais que ce n’est pas un mec du 6-2 qui va t’émouvoir. Par rapport aux Népalais ou aux Syriens, on est peinard.

Toutefois, je me suis dit qu’il y avait peu de chances que les Syriens ou Népalais t’aient écrit, vu l’état de leur service postal en ce moment et qu’entre 2 ou 3 pleurnicheries écrites par des gamines de 12 ans qui te demandent des posters d’Enjoy Phoenix ou de Nabilla, ça te dirait de changer un peu de l’ordinaire. Ou mieux, de « retrouver un ancien enfant que tu as émerveillé il y a bien longtemps ». J’avoue que ça fait un peu gros, limite suce-boules, mais faut que tu comprennes, je vis en France et niveau grosses ficelles, on est les maîtres. On parle d’un pays où règne l’État d’Urgence permanent, où Patrick Balkany est libre et où Sarkozy donne des conférences, t’imagines les bollocks qu’on nous sort constamment ?

Alors je tente.

Cette année Papa Noël, je souhaiterais que tu offres un super cadeau aux supporters de Lens (enfin surtout à moi, mais je pense qu’on sera plutôt nombreux à être content). Je te laisse le choix, un cancer foudroyant, une maladie fulgurante inconnue, une épidémie d’Ebola, une grippe aviaire ou un sida. Honnêtement, qu’importe le contenu, pourvu qu’on ait l’ivresse.  Et dès que t’as choisi, plouf, tu me glisses ça dans les chaussettes de Noël de ceux qui nous font caca dans la bouche depuis des années, un joli nœu-nœud et Joyeux Noël. Tu ne le sais bien et on ne va pas se mentir à 8 jours du 25 : le caca, c’est pas bon et on n’en a assez mangé.

Tu as sans doute vu de là-haut qu’on préparait une fête pour les 110 ans du RCL. Pas grand-chose évidemment : une bâche géante, des animations, des chants, un cortège, quelques bières et 2-3 paquets de frites. Pas de quoi concurrencer Disneyland, mais on est à Lens hein, on sait se contenter de peu et savourer ce qu’on a dans l’assiette, tant que ce n’est pas un étron tout droit sorti du cucul de Gervais. Et ben tu-me-crois-tu-me-crois-pas, on a réussi à assister à un énième psychodrame entre les mecs qui peuplent le stade et ceux qui palpent le pognon des premiers. Grosso modo, après avoir interdit les ultras au stade l’an dernier, jeté l’opprobre sur eux suite aux échauffourées du Havre et accessoirement baladé tout le monde à coups de RIB , de truandage de la DNCG, de « vous verrez qui on aura comme gardien » de jours fériés en Azerbaïdjan. Honnêtement, que les mecs se croient en permanence au salon du handicap et nous prennent pour plus débiles qu’on est, passe encore. Si on avait des burnes, on leur aurait cramer leur baraque à ces cons, avec eux à l’intérieur, pis on aurait inscrit leurs filles à une réunion avec DSK et Dodo la Saumure. On est des cons gentils, on n’a rien fait. Mais si c’est pour que les 110 ans du club ressemblent à ça, ça fait chier.

fiesta
Le stand dédié à la vente de rêve est fond, derrière le semi-remorque.

Par contre, la tournure nécessiterait quand même que tu nous aides. Que le club soit con avec ses supporters, c’est pas nouveau. Ça se passe dans beaucoup de clubs, mais au RC Lens, le seul truc intéressant dans le stade, c’est nous. Du coup, on l’a un peu mauvaise quand le club, après avoir torpillé les ultras auprès de la sous-préfecture, essaie d’évincer des festivités ceux par et pour qui elles sont supposément organisées.

Nous on ne demande pas grand-chose : le club en L1, une équipe qui sait nous fait plaisir et des dirigeants au niveau de l’investissement de ceux qui remplissent le stade. Comme on végète en L2 et qu’on a Scaramozzino dans l’équipe pro, c’est mort pour les premiers points. D’où mon espoir de te voir m’aider pour le dernier point.

Et puis, j’ai un argument qui ne va pas te plaire. Tu sais, le « Noël des Enfants », projet qui voit les Ultras récolter et distribuer des cadeaux pour les gamins coincés à l’hôpital de Lens depuis 10 ans, ben le club s’est complètement désengagé de l’affaire… Pis de manière bien sale : en tentant en parallèle de récolter les lauriers auprès des médias, sans n’avoir rien branlé. Je sais que Noël te tient à cœur, Papa Noël, alors ne laisse pas passer ça. Là, ce serait un peu nous demander de courir après le mec qui a violé notre sœur en lui disant « attends, attends, reviens, il lui reste un orifice ».

J’en profite pour te filer les adresses postales pour bien livrer tout ça, si t’as besoin de quoi que ce soit, t’hésites pas.

De mon côté, te casse pas la tête, j’ai pas besoin de grand-chose. J’ai mis définitivement de côté l’espoir de finir ma croissance et j’ai fait le deuil de mes cheveux. Limite si tu veux me faire plaisir, file nous le LOSC en barrage en fin de saison. Par contre, tu peux passer après la tournée, on boira un coup. Et pis, si je roupille, tu te sers : le verre de gnôle, le pétard roulé (fais gaffe, c’est de la blue dynamite, elle déglingue) c’est pour toi. J’ai mis 2-3 carottes pour les rennes, quelques champis pour qu’eux aussi se détendent un peu sur la route du retour et un peu de flotte, car ça déshydrate. Hésite pas à regarder dans le frigo si t’as les crocs ou à piquer un roupillon dans le canap’.  Mi casa es su casa.

Merci Papa Noël, t’es un bonhomme, jte kiffe.

@R_Direktor

Crédit photo : @antoicourtin

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :