Le Multiplex de la 38e journée de L2.

Pendant que tu t’entraînes à l’apnée, comme le fera sans doute tout supporter lensois aujourd’hui, je me rentre tranquillou du futur. Comme ça, pouf.

Rassure toi, je ne suis pas allé voir quels seraient les résultats du tirage Euromillions de dans 2 mois ou mon futur-moi pour lui demander les 2-3 conneries à éviter de faire sur les 20 prochaines années. Non, j’ai été plus habile, j’ai juste fait un petit bond de 12h dans le futur, histoire de vivre la dernière journée de L2 en avance.
Déjà pour m’éviter d’aller à Bollaert pour finir avec des larmes de sang à 23h sur la place du Cantin. Ensuite pour pouvoir astucieusement te spoiler la dernière journée de cette L2, ma foi bien fofolle.

Au programme :
Lens – Niort
Strasbourg – Bourg en Bresse
Reims – Amiens
Sochaux – Troyes
Brest – Gazélec
Laval – Nîmes.

ravin
Faire le grand saut vers la L1 : allégorie

Lens doit gagner et espérer une ou deux gaufrades de Strasbourg, Amiens ou Troyes. Le reste est de la littérature.

  • 20h, H-30 minutes.
    Bollaert hurle, Bollaert chante, Bollaert est fébrile, Bollaert se chie dessus, Bollaert a un sphincter serré comme jamais. Alors Bollaert chante, Bollaert hurle.
  • 20h05, H-25 minutes.
    Bollaert chante, Bollaert hurle, Bollaert est fébrile.
    Les pubs café Grand’Mère, la sono, Régia-Corte hurlent aussi très fort. Alors Bollaert hurle, Bollaert crie, Bollaert chante.
  • 20h15, H-15 minutes.
    Fortuné se fait les croisés, le match se fera sans lui. Autret le remplace sur la feuille de match.
  • 20h30, H
    Bollaert hurle la Lensoise, Bollaert est fébrile, Bollaert tremble, Bollaert frôle l’occlusion intestinale.
  • 20h32.
    But à Laval, pour Nîmes, qui passe second au classement.
  • 20h35.
    Première frappe lensoise, mine de Lala aux 35m.

    chas
    Voici grosso modo la taille des anus peuplant Bollaert à cet instant du match.
  • 20h36.
    But à Laval, pour Nîmes, qui reste second au classement.
  • 20h41.
    Pénalty à Lens. Pour Niort.
    Sur un cassoulet balancé en profondeur, Duverne se prend les pieds dans le tapis et déséquilibre un mec de Niort dont tout le monde se branle du nom.
    Bollaert hurle que sa mère la pute l’arbitre, Bollaert réinvente la fébrilité, Bollaert tremble. Sur le pré, Cvetinovic prend un jaune pour contestation.
  • 20h42.
    But à Strasbourg, de Baptiste Guillaume. Strasbourg a 9 orteils en L1.
    Martel attaque sa 16e clope, moi mon 4e pétard. Coincé à Trappes, Louis de Finesse se pose calmement en PLS.
  • 20h43.
    But pour Niort, pénalty transformé.
    Bollaert hurle de plus belle, sa révolte, son incompréhension, sa haine de l’arbitre, mais Bollaert sent que ça va être long.
  • 20h47.
    Brest ouvre le score face au Gazélec et passe second. Nîmes est pour l’instant 3e. Lens assure solidement sa 6e place.
  • 20h49.
    Tonton Friedrich vomit. Sans doute les effets du panaché qu’il a bu un peu trop vite jeudi dernier. Fragile.
  • 20h51.
    Lens pousse de manière désordonnée, Autret et Zoubir en font trop et les niortais n’ont pas de mal à contenir l’attaque lensoise.
  • 20h52
    Contre niortais. Pris de vitesse, Hafez découpe son vis-à-vis, l’arbitre n’hésite pas : rouge. Lens joue à 10.
    Bollaert rugit, les grilles de la Marek semblent d’un seul coup bien basse, Les américains fricadelles volent de partout, les stadiers se déploient rapidement.
    Sur le terrain, ça tourne en pugilat. L’arbitre est pris à partie par les Racingmen, et distribue de la biscotte à tout rompre. Douchez, Autret, Lala et Zoubir prennent un jaune. Excité sur le banc, Erasmus en prend aussi, mais juste parce qu’il a un prénom ridicule et que l’arbitre se respecte. Lui.
  • 20h57.
    3e but nîmois à Laval, Nîmes reste 3e.
  • 20h58.
    Les images en léger différé, à cause du décalage horaire avec cette contrée éloignée du tiers-monde nous parviennent de Montbéliard. Troyes a ouvert le score à Sochaux, et repasse second.
  • 20h59.
    Bollaert ne tient plus et hurle de plus belle. Première vraie occasion lensoise. Zoubir slalome et centre en retrait pour Bourigeaud, mais le meilleur d’entre-nous bute sur le gardien niortais. Corner.
  • 21h03.
    Le corner tiré par Lala atterrit à Avion.
    Inquiet de sa fébrilité, Tonton Friedrich reprend un verre de lait pour se tapisser l’estomac, au cas où il serait contraint de boire une bière sans alcool.
  • 21h04.
    Intenable en Delacourt, La Poch, qui avait pensé à ramener 2-3 pelotes, a réussit à nous tricoter une écharpe de 74m de long. Les stadiers la réquisitionnent pour établir un périmètre autour de la pelouse.
  • 21h05.
    Pénalty à Strasbourg, pour Bourg en Bresse. Sur un corner tout pourri, une main strasbourgeoise passe par là. L’arbitre sanctionne.
  • 21h06.
    Berthomier transforme son pénalty, et Bourg bourre Strasbourg, qui repasse second. Brest est 3e.
  • 21h07.
    4e but nîmois à Laval, où a priori c’est soirée open-bar au club house de Le Basser.
  • 21h09.
    Égalisation sochalienne !!!!!!!!!!!
    Bien servi en profondeur, Touzghar vient tromper de près le gardien troyen. Troyes passe 5, Strasbourg et Brest passent devant, nous on reste 6e, posey.
  • 21h10.
    Minasse d’Autret dans un angle improbable qui finit pleine barre, Lopez a suivi et conclu de près. Bollaert explose…
    …mais le but refusé par l’arbitre pour une poussette de Koukou à 40m de l’action. Bollaert meurtri, Bollaert martyrisé, Bollaert mutilé, mais Bollaert bien bien fisté.L’arbitre est unanimement invité à copuler avec un membre de la gente masculine, tandis qu’une pluie de projectiles aussi divers que des gobelets de bière sans alcool, des boîtes de Citrate de Bétaïne pour lendemain de Panaché difficile?, des drapeaux, des téléphones, des briquets s’abattent sur la pelouse.
    Les Lensois sont furax et l’arbitre a du mal à se faire respecter. Casanova est expulsé, Duverne et Lopez prennent un carton.
  • 21h14.
    But à Reims, pour Amiens qui prend la tête au meilleur moment possible. Xavier Bertrand entame un hélicobite avant de se rendre compte qu’il a un trop gros ventre et qu’il ne la voit pas bien. Sa bite.
  • 21h18.
    • L’arbitre siffle la mi-temps sous une bronca. DRC appelle au calme et rappelle les risques pour le club en cas de partage en vrille total. Il est lui aussi invité à vérifier les possibilités de dilatation de son rectum.
      Tonton Friedrich ressort des WC et demande s’il a raté quelque chose.
      L’écharpe en tricot de La Poch atteint désormais la rocade Nord.
    • A Laval, la mi-temps est sifflée aussi. Le capitaine lavallois passe au vestiaire nîmois vérifier si un joueur ne veut pas une petite pipe. Le Mayennais est accueillant.
    • Mi-temps à Strasbourg, pour l’instant 2nd. La Meynau n’est pas sereine, mais l’atmosphère est plus au chat-bite qu’à la couche pour incontinent.
    • A Reims, la mi-temps est sifflée sous les hourras de la foule de paysans en liesse. Ça se tripote le popotin à coup de fourche, Gilles de Robien est ivre mort en tribune et Elodie Gossuin montre sa bite. Ça boit du lait de brebis à la flasque et ça chante « Amiens – Amiens, on est trop bien ».
    • Mi-temps à Brest où la moitié du stade file à la buvette, tandis qu’un groupe de complotiste poste sur son blog que la Franc-maçonnerie lensoise fait tout pour empêcher le Stade de remonter en payant des primes à Touzghar en loucedé.
    • Mi-temps à Sochaux, sous une ambiance qui n’est pas sans rappeler le moment où ta maman te prévenait que c’était l’heure du suppositoire.
    • Dans le bureau principal de la loge maçonnique de LFP, le Grand Manitou se sert un Bourbon et sourit.
      Tout se passe comme prévu
  • A la mi-temps, un challenge improbable se déroule sur le pré avec des enfants et des ballons sous une mauvaise Dance des années 90.
    Dans les travées, l’ambiance est redescendue un peu, mais on n’est plus proche de l’envahissement de terrain que de la victoire éclatante.
  • 21h30 :
  • Reprise un peut partout en même temps.
    • Des Lavallois ressortent entrent sur le terrain avec un truc visqueux blanchâtre dans les cheveux. Sans doute un gel douche mal rincé.
    • A Reims, les Rémois se font traités de bouseux par les Amiénois, qui ont oubliés toute notion de réalité depuis qu’ils ont découvert qu’il y avait un club de foot pro dans leur ville. Il y a une semaine donc.
    • A Lens, un « Aux Armes » de haute volée lance la mi-temps.
  • 21h32 :
    Brest double la mise, par Coeff. Il donc écrit que tous les anciens Lensois nous casseront les burnes jusqu’au bout.
  • 21h35 :
    Zoubir casse 2 reins, humilie la défense centrale niortaise et sert Lopez qui reprend de la tête. Poteau.
    Pendant que Martel se fait livrer une cartouche de Gitane sans filtre, je décide de chiquer ce qui me reste de beuh. Quitte à avoir un goût de merde dans la bouche, autant être défoncé. (proverbe lavallois)
  • 21h44 :
    Corner pour Lens, Autret le frappe, Cvetinovic reprend sur la barre, ça revient sur Zoubir qui fusille le gardien à bout portant. Celui-ci détourne sur son poteau. c’est dégagé en catastrophe.
    Bollaert n’en a plus rien à branler, il beugle, il boit, il se soule.
  • 21h46 :
    • But brestois, qui plie la rencontre à Le Blé. D’ailleurs, fair-play, les Corses, qui en ont pris 4 la semaine dernière proposent de suite de se mettre 2 csc, et de finir la rencontre assis dans le rond central en écoutant les autres résultats à la radio.
    • A Sochaux, Troyes pousse, mais Sochaux résiste. C’est quand même vachement plus cheap que Troyes – Sparte.
    • A la Meynau, l’euphorie du départ laisse peu à peu la place au serrage collectif de sphincters. Si les Corses se mettent vraiment les csc, Strasbourg passe 3e.
  • 21h53 :
    Zoubir lance Lopez, l’Espagnol élimine le gardien qui le descend dans la surface. L’arbitre ne bronche pas. Bollaert explose de rage. Les CRS réquisitionnent l’écharpe de la Poch qui sert de cordon de sécurité. Tonton Friedrich cède devant la pression et accepte sa Tourtel. Comme un homme.
  • 21h54 :
    But à Sochaux, Troyes reprend l’avantage et repasse second. Les images nous parviendront dans 3 semaines, l’acheminement se faisant via le réseau 1G de la Franche-Comté.
  • 21h55 :
    Casanova sort Autret, pourtant translucide, et fait rentrer Gérard. Même moi je suis mort de rire.
  • 22h01 :
    147e corner pour Lens. Même le juge de touche a de la peine pour nous.
  • 22h03 :
    On joue sans défenseur depuis 20 minutes, Douchez est à 30m de ses buts. Martel a fini sa cartouche de Gitane.

    reins
    Zoubir a beau pratiquer des ablations de reins à la main, rien n’y fait.
  • 22h05 :
    But strasbourgeois, qui plonge la Meynau dans une folie furieuse. Les Allemands repassent en tête !
  • 22h06 :
    Coup de franc pour Lens, tiré par Bourigeaud. Le gardien niortais sort une horizontale pour dégager en corner. Sur le corner, Ba gagne un duel de la tête obligeant le gardien à une claquette.
    Je me réveille transpirant en sursaut, j’avais fait un début de bad en tribune :  c’était juste un mauvais rêve, Ba n’a évidemment pas touché le ballon, qui a fini en 6m
  • 22h08 :
    Pénalty à Reims, pour les rémois !!!
  • 22h09 :
    Frappe de Bourigeaud à 25m, poteau.
    Un pigeon voyageur passe et dépose un message en provenance de Sochaux. Ils ont égalisé.
  • 22h10 :
    Dans un merdier pas croyable, les rémois égalisent, les bouseux picards passent 5e, les bouseux du coin restent 7e.
  • 22h12 :
    Pendant ce temps à Laval, ça fait 8-0 pour les Nîmois.
  • 22h13 :
    But amiénois, refusé pour un hors-jeu inexistant.
  • 22h15 :
    On annonce 3 minutes d’arrêts de jeu à Lens.
    Bollaert pleure, Bollaert est blasé, Bollaert est au bord du suicide. Tonton Friedrich craque complètement et reboit cul-sec une Tourtel.
  • 22h16 :
    Troyes continue à faire le siège du but sochalien, mais les sièges, c’est pas vraiment leur truc.
  • 22h17 :
    Égalisation lensoise. Centre de Gérard mal dégagé par les Niortais, Bourigeaud reprend, sa frappe est déviée par Habibou, qui prend le gardien à contre-pied. Bollaert hurle, Martel ramasse des mégots en Lepagnot et les fume.
  • But Amiénois, qui reprenne l’avantage à Delaune. Les tracteurs sont tout près d’envahir le terrain, Gilles de Robien boit de la gnôle à 80 degrès et Amiens repasse second.
  • But troyen à Sochaux, qui craque dans les dernières secondes.
  • 22h18 :
    Lopez donne l’avantage à Lens.
    Servi par Koukou, l’Espagnol claque un vieux pointard de papy et trompe le gardien niortais de près.
    Bollaert chante, Bollaert hurle, Bollaert explose, Bollaert s’intéresse d’un coup d’un seul à ce qui se passe sur les autres stades. Mais chacun sait qu’à Bollaert, t’as pas de réseau. Donc Bollaert flippe sa race.
  • 22h19 :
    C’est fini à Strasbourg qui l’emporte et finit champion.
  • 22h20 :
    Ca se chie un peu dessus à Lens, où on se contente de balancer loin devant.
    Sur un dernier ballon, Lala dégage le cuir, qui s’envole dans le ciel de Bollaert. L’arbitre siffle et libère Bollaert.
    Qui chante, qui hurle, tout ça.
  • 22h21 :
    C’est fini à Sochaux, où Troyes s’impose
  • 22h22 :
    La mine de Lala atterrit au stade Delaune de Reims directement dans le but amiénois. Gêné par les fumigènes et les ballots de purin incendié en tribune, l’arbitre valide le but et Reims égalise. Les Amiénois contestent, Elodie Gossuin menace de refaire Danse avec les Stars, Xavier Bertrand sort rapidement du stade pour filer à Bollaert. C’est aussi sa région, avec un peu de chance il pourra se féliciter du bon résultat lensois.

    gif.gif
    Alors que les affrontements entre supporters Amiénois et Rémois ternissent cette fête du football.

    Ça se termine donc comme ça, on est 3e, on jouera donc les barrages.
    Bollaert peut chanter, Bollaert peut hurler, Bollaert aura le droit d’être fébrile.

    Moi j’espère l’être un peu moins, parce que la peur me pousse à écrire des conneries. Et écrire sur un barrage retour… c’est le partage en couille assuré. Mais au moins, je ne passerai pas la journée à flipper.

    @R_Direktor.

    Epilogue :

    Tonton Friedrich, porté par l’ivresse ambiante se laisse aller toute la soirée à boire de l’eau gazeuse, fines bulles. Quel dingo.
    Louis de Finesse finit sa nuit à Trappes, dans un bar à Chicha avec Benoit Hamon.
    Antoine est retrouvé ivre quelque part entre les boobs de madame.
    La Poch, 5g dans chaque bras, promet de se mettre au crochet.

    Quant à moi, promis, j’arrête les champis.

    cigare
    Le Grand Manitou du cabinet noir de la LFP peut s’allumer son cigare : son complot pro lensois anti-brestois s’est déroulé sans accroc.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :